VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIÈRE

Un village en Normandie

 

 

FISCALITÉ ET BUDGET DE LA COMMUNE

L’aut’seir sus la télévisionne not’Président prêchi qu’no‘s payaient biaucoup trop d’impôts. C’est bi vrai que j’me dis en d’dans d’mé. Mei préfère m’en ergent dans d’ma pouquett’.
Not’ conseil municipa i’ n’est pas d’cet avis. Li vient d’hucher reide la cote part des villagoués. C’que Chirac nous rend d’une main, l’pé Tiennot i’ no l’r’prins d’l’aute’!
YB Octobre 2001.

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


PAGE D'ACCUEIL

 

Remaniée le :
samedi 20 septembre 2014

 

- "On paie de plus en plus, mais où passent donc nos impôts ?"

C'est la question que se posent les Bienfaitois. Enfin ceux qui les paient : sur 279 foyers fiscaux, la part des foyers imposables à Bienfaite est de 43,5% (2012). Cela signifie que plus de la moitié des foyers de la commune ne paient pas d'impôts communaux.
Les impôts locaux ne cessent d'augmenter au fil des ans. Région, Département, Communauté de Communes, participent allègrement au mouvement.
Cette page se donne comme ambition d'examiner le budget communal, les recettes, les dépenses et son évolution dans le temps.

Le problème est de prendre connaissance des chiffres.
Le bulletin municipal annuel donne bien quelques généralités, mais ce sont les chiffres des budgets votés par le conseil municipal.
Le Ministère de finances publie des chiffres des budgets réellement exécutés et sont aussi plus détaillés.
C'est donc de cette source ministérielle que proviennent la majorité des chiffres indiqués ici.
Un bémol : le retard. Le Ministère publie en juillet les chiffres de l'année passée.

1 LES TAUX DE BASE COMMUNAUX :

Évolution du taux des trois taxes communales
  1993 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Taxe habitation 7,22 7,47 7,69 8,84 8,84 9,53 9,53 8,31 8,31 8,31 8,31 8,31 8,31 8,56 8,56 8,65
Foncier bâti 13,25 13,71 14,12 16,24 16,24 17,52 17,52 15,28 15,28 15,28 15,28 15,28 15,28 15,74 15,74 15,90
Foncier non bâti 26,11 26,38 27,17 31,25 21,25 31,25 31,25 27,25 27,25 27,25 27,25 27,25 27,25 28,07 28,07 28,35

La base sur laquelle s'applique ces taux est réévaluée chaque année par le Parlement pour suivre l'inflation assurant ainsi aux communes, à taux constant, au minimum un maintient du revenu réel.
L'augmentation des taux marque bien la volonté; ou la nécessité, d'obtenir pour la commune des rentrées fiscales supplémentaires.
La diminution de 2006 correspond au transfert de compétences communales, donc de dépenses, vers la Communauté de communes.
Cette diminution communale était censée compenser la nouvelle fiscalité de la Communauté de communes qui est apparue pour la première fois en 2006 sur nos feuilles d'impôts foncier.

Remarquez quel est l'impact en milliers d'Euros de la baisse de 2 petits points et quelques de taux sur l'année 2006 en visualisant le graphique ci-dessous.

 

2 LE BUDGET COMMUNAL :

Voir les chiffres complets communiqués par les services du Ministère des finances du budget communal 2013 période disponible la plus récente.

Les mêmes tableaux pour les années précédentes Archives budget communal par le ministère depuis 2004.

 

2.1 Graphique à fin 2012 ci-dessous : Impôts locaux perçus par la commune
Le décrochage de 2006 correspond à la création de la Communauté de communes.
Les impôts à Bienfaite baissent puisque une partie des charges assumées par la commune est transférée à la CDC.
Mais les impôts communaux reprennent vite leur irrésistible ascension.
Peut-on dire pour autant que le maire jette l'argent par les fenêtres ?
Au contraire, beaucoup lui reprochent de ne pas en faire assez.
Pourtant le constat est implacable : les impôts ne cessent d'augmenter !

Les impôts locaux ne sont pas les seules ressources de la commune. Il y a aussi la dotation par l'État.
D'où la différence entre Impôts locaux perçus (graphique ci-dessus) et Revenu (graphique ci-dessous).

 

2.2 Graphique à fin 2012 ci-dessous :
L'endettement décroissant de la commune est maintenant faible. C'est le résultat d'une volonté constante d'assainissement des finances de réduire cet endettement.
Mais.
Une partie de la voirie communale demanderait une réfection complète : le lotissement du bourg (réalisé en mars 2014) et quelques chemins communaux.
Les nouveaux rythmes scolaires à la rentré 2014 vont aussi grever les comptes de la commune. Dépense supplémentaire qui va devenir annuelle à perpette.
Ces dépenses vont-elles être financées par l'impôt ou par l'emprunt ?

Par comparaison, voir le graphique semblable sur l'endettement de la Communauté de communes : L'intercommunalité Descendre au 23 juillet 2013.

 

2.3 Graphique à fin 2012 ci-dessous :
Rapport fonctionnement / investissement. Le graphique ci-dessous montre les deux principaux postes du budget communal. Il permet de visualiser, d'une part l'évolution sur plusieurs années, d'autre part le rapport entre budget de fonctionnement et dépenses d'investissement.
Ce graphique montre que l'investissement ne suit pas la progression des revenus. C'est le point négatif de la gestion municipale.

 

L'ancienne version de cette page est AUX ARCHIVES.

 

Retour à la page d'accueil