VIVRE A
SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


PAGE D'ACCUEIL

 

Dernière mise à jour le :
samedi 8 novembre 2008
10h15

 

9 - ARCHIVES DE LA RUBRIQUE : CHRONIQUE BIENFAITOISE

2008


2008 : La chronique bienfaitoise n'est plus tenue.
Beaucoup m'ont demandé pourquoi.
Je l'aisse l'ami Georges Brassens répondre :

Le Vieux Normand

Depuis que je commence à faire de vieux os,
Avide de conseils, souvent un jouvenceau
Me demande la marche à suivre et s'il est bon
D'aller par-ci, par-là, scrupuleux je réponds :

{Refrain:}
Crosse en l'air ou bien fleur au fusil,
C'est à toi d'en décider, choisis !
A toi seul de trancher s'il vaut mieux
Dire "amen" ou "merde à Dieu".

Et le brave petit blâme ma position,
M'accuse de danser la valse hésitation.
Cet âge exècre l'attitude des Normands,
Les seuls à lui parler en fait honnêtement.
. . . .

La vérité d'ailleurs flotte au gré des saisons.
Tout fier dans son sillage, on part, on a raison.
Mais au cours du voyage, elle a viré de bord,
Elle a changé de cap, on arrive : on a tort !


J'avais décidé début 2008 de renoncer à la chronique Bienfaitoise. Les évènements relatés, très exceptionnellement, ci-après sont du genre même qui m'avaient amené à cette décision.

Est-on encore dans un petit village Normand ou dans le neuf trois ?


Lundi 9 juin 2008




Émotion et colère à l'école. Depuis plusieurs mois le comportement d'un enfant de maternelle pose de gros problèmes à l'équipe enseignante. Vendredi dernier cet enfant de quatre ans aurait tenté d'étrangler une petite fille dans la cour de récréation (ou l'aurait poussé du haut du toboggan, selon les versions). Heureusement les personnes de surveillance sont intervenues rapidement. Les pompier d'Orbec ont apporté des soins à la jeune élève avant de l'emmener à l'hôpital de Lisieux.
Les parents d'élèves ont décidé rapidement de manifester ce lundi matin devant l'école. Sur la photo des parents s'expliquent avec la directrice. Les quatre maires du regroupement pédagogique étaient également sur place. Ce lundi soir enseignants et élus municipaux se réunissent. Demain mardi à 17h l'Inspecteur d'académie se déplacera à Bienfaite pour rencontrer parents et enseignants.


D'autres problèmes, certes moins urgents, sont soulevés par les parents. Il est regrettable qu'une fois de plus il faille un incident grave pour que les responsables réagissent à des difficultés connues. (Un courrier à l'Inspecteur d'académie expédié en février est resté sans réponse à ce jour !).

Présente dans l'école depuis trois ans, la directrice y a effectué jusqu'à maintenant un travail remarquable.
Ce incident, qui aurait pu avoir de graves conséquences, a servi de révélateur à un mauvais climat entre la majorité des parents et les responsables de l'école, quelque soit leur niveau hiérarchique, enseignants mais aussi élus municipaux qui sont en charge de l'école communale.
Une mauvaise décision serait de dire : c'est un incident, oublions vite et continuons comme si il ne s'était rien passé. Il faut savoir regarder les problèmes en face et y trouver tous ensemble, parents, enseignants, élus, des solutions constructives.

Il faudrait aussi très certainement redonner à Bienfaite un esprit de village qui s'est hélas perdu au fil de ces dernières années.

A titre de comparaison, allez voir l'école primaire du village anglais de Bow jumelé avec Bienfaite.

mercredi 11 juin 2008

La presse locale, la radio France-Bleu Caen, FR3 relatent les évènements Bienfaitois.
Coïncidence ? Un instituteur supplémentaire est arrivé à Bienfaite et y restera jusqu'à la fin de l'année scolaire.
La directrice a reconnu que : "Ce petit garçon fait l'objet d'un suivi particulier. Il est accueilli à mi-temps dans l'école. Il faut qu'une employée communale se tienne à ses côtés."
Une question se pose : une employée communale était-elle chargée uniquement de s'occuper de cet élève ? Si oui, on ne comprend pas la réaction du maire qui prétend ne pas connaître cet enfant !


A travers le cas de ce petit Hugo, c'est bien la question des conditions d'accueil et d'intégration de ces enfants difficiles qui est en question.

Certains parents acceptent cette situation en disant que ce n'est qu'un enfant de quatre ans. D'autres répondent, qu'après cet incident grave, ils ne confieront pas leur enfant à la maternelle pour qu'il risque de se faire massacrer par un autre enfant.
Le premier devoir des responsables est bien d'assurer la sécurité des enfants.

Mardi soir l'Inspecteur d'académie en charge du secteur Lisieux est venu à Bienfaite tenter de rassurer les parents. La séance a été houleuse et n'a pas apporté de solution concrète.
L'inspecteur a promis de revenir pour annoncer des décisions.... Rendez vous jeudi.

vendredi 13 juin 2008

 

 

  L'Inspecteur d'académie a décidé : le petit Hugo va changer d'école. Est-ce la bonne solution ? L'avenir de ce petit garçon paraît bien difficile.

 

 

 

 

 

  lundi 16 juin 2008

Comme tout fini par se savoir dans un petit village, la situation du petit Hugo est maintenant connue.
Il y a quelques années un comportement violent se contrait par quelques taloches, voir une sévère raclée.
Désormais ces procédés énergiques sont proscrits, à l’école comme dans la famille. Le Conseil de l’Europe bataille pour l’abolition de ce qu’il nomme «les châtiments corporels» dans les 47 pays qui le composent.
La loi suédoise (extrait)
« Les enfants ont droit à la protection, à la sécurité et à l'éducation. Les enfants doivent être traités avec respect pour leur personne et leur individualité, et ils ne doivent pas être soumis à des punitions corporelles ni à des actes humiliants. »
Mais alors que faire face à cette violence enfantine ?
L'école peut-elle seule pallier les carences familiales ?
Un garçon de quatre ans a réussi à lui seul à mettre l’école de Bienfaite sens dessous dessus ! Les nouvelles méthodes douces ont été mises en échec au moins dans ce cas.
Changer ce garçon d’école est-ce suffisant pour résoudre son problème ?

dimanche 22 juin 2008

Kermesse de l'école.

1er novembre 2008


Madame Sophy Spreux, directrice de l'école communale de Bienfaite, est décédée tragiquement ce 1er novembre dans sa 46ème année.

Originaire du Pas de Calais, elle est reçue au concours de directrice d'école en 1992. Elle fut alors la plus jeune directrice du Nord - Pas de Calais.
Elle exerçait à Bienfaite depuis la rentrée 2005.
Elle résidait dans la commune voisine de Tordouet dont elle était conseillère municipale.

 

 

 
Jeudi 6 novembre 2008
Jeudi, en fin d'après-midi, marche dans les rues de la commune en hommage à Sophy Spreux.
Élus, collègues, élèves et parents d'élèves se sont réunis dans un recueillement ému et sobre. Christian de Menneval, maire, a exprimé toute la tristesse ressentie par l'ensemble des personnes présentes, qui ont observé une minute de silence.

Année suivante 2009

Année précédente 2007

Retour à choix archives