VIVRE A
SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie

Bienfaite, présentation

BIENFAITE EN 1900-PHOTOS

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
samedi 25 octobre 2014
09h30

 



13 - LA CRESSONNIÈRE - UN MOTEUR DE TYPHOON

24 Octobre 2014

Le 6 juillet 1944, le Typhoon de Robert Blair s’abattait en flamme dans un champ de la Cressonnière.
Lire le récit Robert Blair

Le 14 août 2005, le moteur du Typhoon était déterré et emporté par M Bréhin. Lire ci-dessous.

Ce moteur devait être remis par l'ASVN à la Nouvelle-Zélande, mais ce projet n’a pas abouti.
M Bréhin a reconnu toujours détenir à ce jour ce moteur.

Or M Bréhin n’a aucun titre pour conserver cet objet qui a été enlevé par lui en toute illégalité. Il n’a d'ailleurs pas respecté les règles légales régissant ce type d’opération. Ce moteur ne lui appartient pas.

Le Maire et le Conseil municipal de Bienfaite, par délibération, ont souhaité récupérer le moteur pour l’exposer sous un sarcophage transparent dans la cour de la mairie.
Ce monument serait un hommage local à Robert Blair qui est mort pour libérer notre pays du joug nazis.
Plutôt que de pourrir dans un hangar, cet objet souvenir, ainsi mis en valeur, a bien sa place dans la commune où Robert Blair a trouvé la mort et où il est inhumé.
Le Conseil avait souhaité que cela fût réalisé pour la 70 ème commémoration du débarquement.

M Bréhin n’a pas répondu à cette demande, ni à un courrier recommandé. En fait, il refuse de restituer ce moteur sur lequel il n’a aucun droit.

Souhaitons que la raison l’emporte enfin, qu’un accord amiable soit trouvé rapidement et que ce moteur revienne à Saint-Martin-de-Bienfaite par respect envers Robert Blair.

L'ASSOCIATION POUR LE SOUVENIR DES AILES DE LA VICTOIRE DE NORMANDIE - TYPHOON MÉMORIAL MAINTENANCE TRUST FUND (A.S.A.V.N. - T.M.M.T.F.), sise à Vendes Calvados, et M Jacques Bréhin son Président, ont beaucoup fait pour honorer les pilotes Britanniques de Typhoon morts en mission, (Mémorial de Noyers-Bocage). Ils peuvent être fiers de leur bilan.
Il serait incompréhensible pour les Bienfaitois que l'ASAVN fasse obstacle à ce modeste projet.

2006

Le dimanche 11 juin 2006, le moteur du Typhoon de Robert Blair est présenté à Madame Sarah Dennis, Ambassadeur de Nouvelle Zélande à Paris. La cérémonie a lieu dans le hall de la marie de Noyers-Bocage.

 

 

 

 




Le dimanche matin 14 août 2005, à l'initiative de l'Association du souvenir des ailes de la victoire en Normandie (ASAVN) et de M Bréhin son président, des fouilles sont entreprises pour retrouver le moteur du Typhoon de l'aviateur Ecosssais Robert Blair. (Voir en pages "Les gens d'ici / Robert Blair).
La localisation de l'endroit probable de la chute a été facilitée par le témoignage du propriétaire du champs, M Paynel, qui en labourant avait remarqué les débris métalliques que le soc de sa charrue remontaient à la surface. Une localisation plus précise a été effectuée à l'aide d'un détecteur de métaux.
Dominique Soetaoer étant aux manettes de sa pelleteuse, la fouille a pu commencer.
Après extraction de nombreux débris divers, dont des pièces intéressantes, le bloc moteur a été trouvé à environ quatre mètres de profondeur, planté verticalement, dans une direction Est-Nord-Est.
La photo de gauche montre la remontée délicate du moteur.
Photo ASAVN

 

 

 

 

Le Typhoon était équipé d'un moteur Napier "Sabre", une splendide mécanique de 2400ch : 24 cylindres en H, sans soupapes, carburateur à injection Hobson-RAE qui amenait le carburant dans l'entrée de la turbine du compresseur. Le démarrage s'effectuait à l'aide d'un démarreur à cartouche qui une fois percuté générait suffisamment de gaz pour entraîner le moteur.
Les moteurs sans soupapes étaient une spécialité anglaise comme par exemple les moteurs "Hercule" des Noratlas. Dans chaque cylindre, la chemise est animée d'un mouvement de va-et-vient en rotation, qui alternativement découvre et ferme une lumière (ouverture) en regard d'une ouverture équivalente dans le fût du cylindre. Il y une (ou plusieurs) lumière(s) pour l'admission et l'échappement.
Comme le montre la photo (après lavage à eau sous haute pression), ce moteur là, grâce à sa puissance, entraînait quatre pales.
Ce moteur devrait être offert par l'ASAVN ( www.asavn.net ) au musée de Wanaka en Nouvelle-Zélande. Ce pays est le dernier à avoir fourni des pilotes de Typhoon et à ne pas avoir de moteur.