VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie

Bienfaite, présentation

BIENFAITE EN 1900-PHOTOS

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
Lundi 9 Juin 2003
17h30

 


Ancien moulin sur la Cressonnière.

L'intention du photographe était-elle d'immortaliser ces deux honnêtes travailleurs champêtres ou l'usine en arrière plan?
L'intérêt actuel de cette photo est de montrer l'important ouvrage d'amené de l'eau sur le dessus de la roue du moulin. Le débit du ruisseau de la Cressonnière est modeste, insuffisant pour dégager une force industriellement utile. Il a été nécessaire, pour augmenter la puissance de la roue, de jouer sur son diamètre et donc sur la hauteur de chute de l'eau. Il a donc fallut dériver le ruisseau 350m en amont et construire cet impressionnant ouvrage en bois appelé en Normandie le noc.
[Noc : gouttière de bois qui amène l'eau sur la roue d'un moulin. Dans notre coin le C en fin de mot ne se prononce pas, on disait donc no, comme le nom d'un des villages de Bienfaite, le Mannetoc qui se prononce Manneto, ou encore le nom de communes voisines : Mailloc, qui se prononce Maillo.]

Extrait d'une enquête sur les industries du Calvados en 1918. (Ministère de la guerre. Comité Consultatif d'Action Économique de la 3ème région.)
- " ...Le régime des eaux est extrêmement gênant à cause des irrigations au profit desquelles le courant est constamment détourné, oblige les usines à des arrêts qui durent une ou deux heures...
...mais cette force hydraulique ne peut être utilisée entièrement, le courant étant souvent détourné pour les irrigations de prairies, M Defougy a été obligé de se contenter d'un minimum constant, actionnant son matériel lourd après la tombée du jour. La marche de toutes les machines de l'usine ne peut donc se faire simultanément : les métiers à tisser marchent de jour et les machines à cylindrage de nuit. Ainsi le régime des eaux est une grosse entrave au développement de la production et en augmente le prix de revient."

Rubanerie puis pisciculture aujourd'hui arrêtée, la roue et le noc ont été détruits.