18 avril 2005
VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie



LA SOGAL


Cette PME est installée depuis 1967 à Bienfaite. Site classé par la Drire.
La Sogal a été rachetée en 2001 par TMN Traitement des Métaux de Normandie à Notre-Dame-de-Gravanchon près du Havre.

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

LES GENS D'ICI


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
7 février 2014
16h30

 

Voir le site officiel de la société SOGAL.

 

2018
La dépollution du site a déjà couté à la Sogal 400.000€.
Il reste encore environ 200.000€ de travaux pour achever ce travail.
C'est une charge importante pour l'entreprise de La-Vespière.
C'est une chance d'avoir un propriétaire responsable et solvable, même s'il est de l'intérêt de la Sogal de rendre ce site réutilisable et/ou vendable.

2014
Janvier.
Le bulletin municipal de Bienfaite publie quelques informations sur la friche industrielle Sogal.
Le site Sogal de Bienfaite est devenu la propriété d'une banque.
La DREAL (Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement) serait intervenu dans le fermeture du site de Bienfaite et le regroupement des activités Sogal sur le site de La Vespiere dans le but d'éloigner un risque de pollution de l'Orbiquet tout proche.
Ce n'est plus la DRIRE qui est en charge de ce dossier (Direction Régionale de l'industrie de la Recherche et de l'Environnement). Notons au passage que toutes ces Administrations font de "l'Environnement". Trop de fonctionnaires en France avez-vous dit ?

Depuis 2006 les zones industrielles relèvent de la compétence de l'Intercommunalité, qui encaisse à son profit les taxes CFE et CET (qui remplacent l'ex taxe professionnelle perçue par la commune de Bienfaite).
Mais on s'aperçoit que dans ce dossier d'usine désaffectée, c'est le Maire de Bienfaite qui intervient et non la CDCPO en état de silence radio.
C'est donc M de Menneval qui s'entremet auprès du Sous-préfet de Lisieux pour faire évacuer les fûts d'acide encore présents sur les lieux six mois après la fermeture.
Le Maire de Bienfaite est aussi intervenu auprès de la Chambre de commerce pour envisager l'avenir de ce site.

Les deux bâtiments les plus récents ont été vidé de leurs équipements qui étaient assez modernes. Par contre la partie des anciens locaux, ex filature Lejuif, abrite toujours les chaînes de traitement de surface par galvanoplastie.

2013
Juillet.
Le repreneur de l'entreprise a procédé en réalité à 24 licenciements.

En juin, la nouvelle direction a autorisé des manouches à enlever de la ferraille sur le site fermé de Bienfaite.
Décision inconséquente, les manouches autorisés, aidés d'autres congénères profiteurs de l'aubaine, ont démontés des appareils sans aucune connaissance des dangers potentiels du site.
Comme l'indiquent les pancartes apposées début juillet, le site contient encore des produits dangereux. Ces produits ne peuvent être manipulés que par des professionnels formés.
Quand le site de Bienfaite va t-il être débarrassé de ces produits ? Cela doit être une priorité.
Quand le site sera t-il complètement dépollué ?
Ces tâches doivent être effectuées par des entreprises habilités à ces opérations délicates et non bricolées à la sauvette au marché noir.

Vu l'insécurité existante, il est à craindre que des malfaiteurs s'introduisent dans l'usine désaffectée et ne provoquent, même involontairement, une catastrophe polluante.

Photo YB 06/07/2013

Avril.
Toutes les activités de l'usine de Bienfaite ont été transférées à La Vespière.

Dans l'idéal, deux objectifs seraient à atteindre :
- 1/ Dépolluer le site.
- 2/ Trouver une entreprise qui s'installera dans les locaux redevenus disponibles.
Peut être deux ans de travail. On peut rêver.

Contrairement à ce qu'avait dit le repreneur au maire de Bienfaite, il y aura entre 12 et 20 licenciements.

Les langues se délient. Deux réflexions entendues sur la gestion de l'ancienne direction : " Quand on confond recette et bénéfice, il ne faut pas s'étonner du résultat." "Et pourtant du boulot il y en a !"

Ce qui est à redouter c'est l'abandon du site de Bienfaite et sa lente dégradation en friche industrielle.

2012
Depuis le 16-05-2012, la Sogal a été placée en redressement judiciaire.

Administrateur judiciaire:
SELARL FHB
80 Rue Nungesser et Coli, ZAC du Long Buisson N° 2
27930 GUICHAINVILLE

Mandataire judiciaire:
SELARL BERNARD BEUZEBOC
1 Rue des Mathurins
14100 LISIEUX

2011
Dans une enquête journalistique sur les vols de métaux, L'Éveil de Lisieux du 7 septembre rapporte les propos du commandant de la compagnie de Lisieux, le capitaine Pierre Arnould.
En novembre 2009 s'est déroulé un vol avec prise d'otages dans une usine de traitement de surface des métaux [La Sogal. Voir ci-dessous].
- " A ce sujet, révèle le commandant, la bande en question a été interpellée en 2010 alors qu'elle opérait en Saône-et-Loire. Il y a eu échange de coups de feu et un gendarme en légitime défense a abattu l'un des malfaiteurs. Les autres sont incarcérés. "

Par arrêté préfectoral complémentaire du 7 février 2011, le Préfet de la Région Basse-Normandie, Préfet du Calvados, a prescrit des mesures d'urgences a la société Sogal, pour ses installations sur le territoire de la commune de Saint-Martin-de-Bienfaite.
Une copie de cet arrêté est déposé aux archives de la mairie de Saint-Martin-de-Bienfaite où toute personne pourra en prendre connaissance.
Pour le Préfet
L'Attaché Principal de Préfecture
Chef de Bureau
Bruno Marseguerra

Un arrêté similaire a été pris par le Préfet pour l'établissement Sogal de La Vespière.

2010


Deux photos Google map des bâtiments Sogal en 2010;

- Rachat du site EUROPFIL SIFE La Vespière 14290 et EUROPFIL Jouy-le-Chatel 77970
- Mise en place des normes ISO 14001 et 18001

Novembre 2009
Dans la nuit du 3 au 4 novembre, vers trois heures du matin, quatre individus ont fait irruption dans l'atelier ou travaillaient cinq salariés de l'équipe de nuit. Les malfaiteurs, cagoulés, gantés et armés de battes de base-ball ont ligoté un à un les ouvriers avant de forcer le coffre pour y dérober 30kg de grenaille d'argent.
-" Entre le vol de grenaille, 13 500€, et les diverses dégradations, on en a pour 25 000 €. " assure le directeur de l'usine, Mr Jacques Zangerlé.
La gendarmerie de Lisieux enquête.

Innovations 2009 :
- La station d'épuration a été équipée d'un évaporateur sous vide multi-étages

Janvier 2009
La Sogal a rénové entièrement son site internet : site SOGAL.

2008
- Installation d'une nouvelle chaîne automatique "cadre" de zingage bleu, blanc et noir ROHS
- Installation d'une ligne pour le traitement du zinc lamellaire

Janvier 2007
Le directeur, M Jean-Marc Jacqueline, a quitté la Sogal.

Novembre 2005
En exécution de l'arrêté préfectoral du 13 octobre 2005, du 21 novembre au 21 décembre 2005, enquête publique pour régularisation administrative suite à l'augmentation de sa capacité de production.
Le dossier sera consultable aux jours et heures d'ouvertures habituelles en mairie, le commissaire enquêteur sera présent en mairie de Bienfaite les :

  • Lundi 21 novembre de 9h30 à 12h30
  • Mercredi 30 novembre de 9h30 à 12h30
  • Vendredi 9 décembre de 15h à 18h
  • Mercredi 14 décembre de 9h30 à 12h30
  • Mercredi 21 décembre de 9h30 à 12h30

Septembre 2005
Le tribunal de Lisieux a condamné la Sogal à 3.000€ d'amende pour la pollution de l'Orbiquet du 13 juillet 2004. De plus un expert est chargé d'évaluer le montant des indemnités à verser par la Sogal à la Société de pêche lexovienne ainsi qu'aux riverains de la rivière.

Avril 2005. Le jeune Directeur de l'usine de Bienfaite, Jean-Marc Jacqueline, soucieux de redresser l'image de la société, organise une visite du site et présente les nouvelles installations d'épuration dont le but est d'obtenir zéro rejet liquides dans l'Orbiquet.
En 2004 a été mise en marche la station d'épuration zinc, chrome, nickel, traitement par ultra filtration 20 bars et osmoseur. L'eau qui sort des chaînes de traitement anodique possède une certaine quantité de métaux lourds qu'il faut traiter. Les distillats récupérés, une tonne par mois, sont revendus ou traités en usines spécialisées.
En Mai 2005 doit démarrer la station de traitement cyanure et la station finale (ci-dessous) qui traitera aussi les eaux de dégraissage qui seront recyclées. Cette station comporte trois osmoseurs à 70 bars et deux modules ultra filtration. L'installation est réalisée par la Sté Technopure (www.technopure.fr)
Un investissement lourd de 1,8 million d'Euros dont 40% sont pris en charge par l'Agence de l'eau. L'usine emploie 34 personnes en 3X8.


18 avril 2005

Janvier 2005. Le tribunal correctionnel de Lisieux a condamné pour vol deux employés de la Sogal. Entre fin 1999 et juin 2002 de la grenaille d'argent est dérobée, environ 1Kg par mois, et vendue à un ferrailleur. L'un des deux homme travaille toujours dans l'entreprise.
Ce fait divers en dit long sur le laxisme de la direction de cette entreprise.

Une explication ?. L'Eveil de Lisieux du mercredi 19 janvier publie un entretien avec le directeur de la Sogal, M Jacqueline. "Depuis plusieurs mois l'entreprise a entrepris des travaux pour l'installation de station de filtrage à haute - on dit ultra - pression, c'est à dire 20 bars. D'autres sont prévues qui fonctionneront à 70 bars. On est les premiers à les utiliser en Europe! Dans certains cas les produits de filtrage, comme le chlorure de nickel par exemple sont vendus. Autrement ils sont détruits par d'autres entreprises extérieures.
Pour ce qui est du cyanure qui a provoqué, il y a peu, une pollution dans l'Orbiquet, descendant jusqu'à Beuvilliers, il est filtré à travers des couches de résines et les résidus sont traités eux aussi à l'extérieur par incinération.
C'est justement le contenu d'un tel conteneur qui devait partir pour cette usine qui a été, suite à une erreur humaine, déversé dans le cours de la rivière. La Sogal à fait un chèque de 100 000€."

Frédéric Faucher est président de la Société de Pêche Lexovienne. Il refuse le chèque de la Sogal : " L'Orbiquet a été pollué jusqu'à Beuvilliers. Ce chèque de 100 000€ c'est comme un droit à polluer. On n'a rien contre les industriels, on protège seulement le milieu. Déjà en 1988 on parlait de faire des travaux : ce que l'on veut c'est que les promesses soient tenues !"

Yannick Coupry, technicien de rivière auprès du Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement et l'Entretien du Bassin Versant de l'Orbiquet reconnaît que le préjudice est important " Il faut au moins cinq ans pour que l'édifice biologique de la rivière retrouve son équilibre."



Ci-dessous : extrait du site internet www.ifets.org, lettre n°64 d'Octobre 2005,
Le rejet zéro liquide sur site
Nouvelles technologies mises en œuvre chez SOGAL

La société SOGAL, implantée à St-Martin-de-Bienfaite (14) est une entreprise de sous-traitance en traitements de surface. Elle a été reprise en 2001 par la Holding FTI dont fait partie notamment la société TMN (Traitement des Métaux de Normandie) située à Notre-Dame-de-Gravenchon (76).

L'atelier comprend :

deux chaînes de zingage (tonneau et à l’attache)
deux chaînes d’étamage (tonneau et à l’attache)
deux chaînes d’argenture (tonneau et à l’attache)
une chaîne d’oxydation anodique
divers traitements (cuivre, nickel etc…)

L’ensemble des rinçages représente un débit de l’ordre de 8 m3/h, le volume des bains de l’ordre de 250 m3.

SOGAL était équipée d’une installation de traitements des effluents physico chimique classique.

M. Lesueur, PDG de la société, disposant d'une solide expérience sur l’exploitation d’une installation en rejet zéro liquide sur site depuis 1999 chez TMN, a décidé de poursuivre la même philosophie concernant la société Sogal.
C’est ainsi que SOGAL a confié à la société Technopure, réalisateur de l’installation de TMN, l’étude et la réalisation d’une installation de traitements des effluents par techniques membranaires associatives.
Le traitement consiste, après avoir conditionné judicieusement les rinçages, à traiter ceux-ci sur une batterie de membranes d’ultrafiltration, permettant ainsi l’élimination des MES, sans floculation ni décantation de l’effluent. Ces rinçages filtrés sont ensuite conduits vers un module d’osmose inverse protégé par un charbon actif.
Les opérations de lavage et de décolmatage se révèlent essentielles pour éviter tout blocage des membranes.

Après plusieurs mois de recherche et d’essais, des solutions techniques de lavage ont été élaborées pour éviter le colmatage des membranes. Les effluents de lavage et de décolmatage, vidangés périodiquement, ainsi que les rétentats d’osmoseurs, sont traités avec les concentrés (rinçages statiques et bains usés), en bâchés par précipitation des hydroxydes et des MES, puis les boues liquides formées, filtrées sur filtre presse.

Les boues sont envoyées en décharge agréée, les filtrats contenant des sels solubles, qu’il convient d’éliminer pour permettre le recyclage total, sont traités sur un évaporateur DRY, permettant de récupérer une eau recyclable dans l’atelier.
Le concentrat en sortie du DRY est à 95% en matières sèches, et peut donc lui aussi être envoyé en décharge contrôlée.
Le traitement des cyanures s’effectue de manière conventionnelle par oxydation avec NaO Cl en milieu alcalin. Une fois oxydé, les effluents sont envoyés sur le process avec les autres effluents.
Les rinçages passivant contenant des chromes hexavalents sont recyclés sur des échangeurs d'ions, régénérés en centre de traitement agréé.

Par ailleurs, les pertes en zinc sur les chaînes de production, dues aux entraînements par les pièces, sont récupérées au niveau des rinçages, traitées par une technique membranaire spécifique, et recyclées directement sur le bain.
Il en est de même pour les chaînes de nickel.

Les quantités récupérées sont les suivantes :

anodes de zinc électrolytique : 3 375 kg/an
anodes de nickel électrolytique : 108 kg/an

En outre, ces techniques permettent d’éviter la production de boues d’hydroxydes à 35 % de matières sèches de :

Zn (OH)2 17 500 kg/an
Ni (OH)2 576 kg/an

L’économie d’eau réalisée sur une période de 6 mois est de 20 000 m3.

Cette installation mise en service depuis février 2005, a bénéficié d’une aide financière de l’agence de l’eau Seine-Normandie.


Filtration sur charbon actif

Modules d'ultrafiltration

Traitement des lavages, rétentats, bains usés

Stockage des effluents

Modules d'osmose inverse

Oxydation des cyanures en bâchée

Evaporateur Dry - Concentrateur à sec

Rinçages passivant sur échangeurs d'ions

Récupération du nickel électrolytique

Récupération du zinc électrolytique

Ci-dessous : extrait du site internet de la Sogal, capturé en décembre 2004.
Siège et unité de production
La Cressonnière - B.P. 55
14290 ST-MARTIN-DE-BIENFAITE
Tél : 02 31 32 86 22
Fax : 02 31 32 80 74
sogal.sa@wanadoo.fr
http://sogal-sa.fr/

D.G. : M. JACQUELINE Jean-Marc
Responsable Production : M. DECAYEUX Michel
Resp. Commercial : M. JACQUELINE Jean-Marc
Responsable Méthodes : M. JACQUELINE Jean-Marc
Responsable Qualité et Envir. : M. FLORESCU Florin
Effectif Total : 31
Forme Juridique : S.A.S.
Création : 1967
Capital : 971600 Euros
Code NAF : 285A
Siret : 626 750 103 00022
N°TVA Intracommunautaire : FR 90 626 750 103
Chiffre d'Affaires HT : 3 000 000 Euros
ZINGAGE, ARGENTURE, ETAMAGE,
ETAIN, PLOMB, NICKELAGE, ALODINE,
OXYDATION ANODIQUE,
PHOSPHATATION ZINC, CHROMAGE DUR,
TRAITEMENTS THERMIQUES, BAIN SEL,
ATMOSPHERE SOUS-VIDE.


13 juillet 2004
Grave pollution au cyanure de l'Orbiquet. Sur plusieurs kilomètres en aval de Bienfaite, le spectacle de milliers de poissons morts est navrant.
La Société Sogal est à l'origine de ce déversement toxique.

2003
Cette PME installée en 1967 à Bienfaite a été responsable d'une pollution au cyanure de la rivière l'Orbiquet en 1988. Curieusement, la DRIRE surveille la Sogal pour être susceptible d'avoir pollué le sol ! Pour la SOGAL rien d'impossible : l'un n'empêche pas l'autre.

Ci-dessous : extrait de la base BASOL de la DRIRE
Région : Basse-Normandie   Département : 14   Site numéro : 21
Date de création de la fiche ou de sa dernière mise à jour : 11/06/2004

Service : DRIRE
Unité : DIVISION ENVIRONNEMENT ET SOUS-SOL    
Nom: Nathalie SIEFRIDT

Nom usuel du site : SOGAL

Localisation  :
Commune :
SAINT MARTIN DE BIENFAITE LA CRESSONNIER
Code postal : 14290 - Code INSEE : 14621
Coordonnées Lambert X : 455028,22   Y : 2450374,9
Référentiel : Lambert II étendu

Précision : commune (centre)

Responsable(s) actuel(s) du site : Exploitant

Nom : SOGAL
   
dernier exploitant
   

La qualité du responsable :
   
personne morale

Propriétaire(s) du site Propriétaire unique
Nom(s) : SOGAL

Personne morale

Description du site
Installation spécialisée dans le traitement de surface par dépôt électrolytique de métaux (volume des bains de 167 m3), traitant majoritairement des pièces d'appareils électriques et électroniques et implantée à Saint-Martin de Bienfaite, dans le canton d'Orbec, depuis 1981, dans un ancien bâtiment industriel d'une usine de tissage de laine. Le site a une superficie de
18 882 m2. Il est longé par la rivière « l'Orbiquet » et est situé au-dessus de la nappe d'accompagnement de cette rivière.

Description qualitative à la date du 05/08/2002 :
Etant donné que les activités exercées sur ce site sont susceptibles d'avoir été à l'origine d'une pollution éventuelle du sol, il a été sélectionné, par la DRIRE Basse-Normandie, dans le cadre de l'application de la circulaire du 3 avril 1996, pour faire l'objet d'un diagnostic initial et d'une évaluation simplifiée des risques. Cette dernière étude a été transmise à la fin du mois de décembre 2000 ; au vu des conclusions de celle-ci et de l'usage du site, l'administration a classé ce site comme "site à surveiller". Un arrêté préfectoral du 29 mars 2002 impose la mise en place d'une surveillance des eaux souterraines au moyen de deux piézomètres et d'un puits de pompage.


Ci-dessous :
REJETS DANS L'EAU (Kg/AN) DE L'ANNEE 2003 DES INDUSTRIES MECANIQUES ET DU TRAITEMENT DE SURFACE POUR LA REGION BASSE-NORMANDIE (Source : DRIRE)