VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE LA CRESSONNIERE


Un village en Normandie



Noms de lieux d'origine scandinave qui subsistent en Normandie. C'est un bon indice de la totale occupation de la région après 911. Les trois couleurs correspondent aux territoires concédés par les traités de 911, 924, 933.
in Atlas du monde viking, édition du Fanal, 1994.

BIENFAITE PRESENTATION

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
Mercredi 15 Janvier 2003
11h30

 



MAIS D'OÙ VIENT LE NOM DE "BIENFAITE" ?


Pour l’anecdote il faut parler de l’hypothèse rapportée par le curé de Bienfaite dans les années 1930 sur l’origine du nom Bienfaite. Bien faite se dit en latin "Bene facta".

Il aurait existé sur le territoire de la commune une pierre druidique qui aurait été "bien plantée” (Bene-ficta) ou qui aurait été d'un modèle particulièrement beau (Bene-facta).
Le nom de Pierrefitte (Petra-ficta, fait de pierre) sur Touques près de Pont-l'Evêque aurait la même origine. Pierrefitte serait la traduction latine du mot celtique « menhir ou peulvan » qui signifie « pierre debout ».
Il existe une pierre levée à quelques kilomètres de là mais pas sur Bienfaite, ce qui ne signifie pas qu’il n’en aurait jamais existé, car des milliers de pierres ont été détruites sur ordre de l’église au seul tort de témoigner d’un paganisme condamné par la nouvelle religion. C'est l'explication donnée par les latinistes et qui peut se défendre honorablement, mais qui ne m'a pas convaincu.

Une seule certitude : c'est un nom en français.

Une autre explication serait qu'après la destruction de la première église durant la guerre de cent ans, vers 1337, une noble Dame aurait demandé au Roi d'Angleterre son consentement à la reconstruction de l'église. Le Roi aurait répondut alors : "Oui, mais à condition qu'elle soit bien faite !"
Jolie explication à défaut d'être vérifiable.

On peut s'amuser à imaginer une autre explication. Pourquoi pas? Après avoir terminé la construction de la motte, les bâtisseurs se seraient exclamés : "voilà de la belle ouvrage, cette motte est bien faite". Le nom serait resté!

Gentilé : Bienfaitoise et Bienfaitois.

Quoi qu'il en soit, tous les gars du village l'affirment : les filles d'ici sont bienfaites !

En 1830, dans la foulée de l'instauration de la monarchie constitutionnelle du roi Louis Philippe, le comte Charles de Chaumont-Guitry est nommé maire de Bienfaite. C'est lui qui obtiendra du préfet de modifier le nom de la commune. Avant 1830 le courrier du préfet est adressé au maire de Bienfaite. Après 1834 le courrier est adressé au maire de Saint-Martin-de-Bienfaite. Le comte essaiera même de créer les armoiries de Bienfaite (courrier du 14 Mars 1831 sur le presbytère). Ce blason a été raturé afin de le rendre indéchiffrable. [Archives départementales 587 EDT 32/1].

La Cressonnière doit son nom au joli ruisseau qui se jette dans l'Orbiquet à Bienfaite et dans lequel pousse un abondant cresson sauvage. Les étymologistes latins restent muets sur l'origine du nom de ce lieu! Et pour cause, cresson vient du francique kresso. Le cresson aurait été introduit en France au Moyen Âge.
Gentilé : Cressonnièroise et Cressonnièrois.

Orbec est d'origine scandinave. En Danois "bækk" signifie rivière et "or" a le sens de joyeux, gai, un peu fou. En islandais "aur" signifie gravier (D'où le sens possible de "rivière caillouteuse".) Orbeck, Oerbeck, Örbeckn Ørbæk, nom de famille ou de ville en Norvège et au Danemark.

Dans Les Plaideurs de Racine, Chicanneau décline les titres de la Comtesse : "Haute et puissante dame Yolande Cudasne, Comtesse de Pimbesche, Orbesche et coetera " (acte 2, scène 3). L'Orbesche de Racine, c'est Orbec.

La rivière l'Orbiquet était nommée autrefois "la rivière d'Orbec".

Villages ou hameaux de Bienfaite : Le bourg, le Coudray, le Fossard, Saint Maur, le Mannetoc, la Balletière.

Lieux dits de Bienfaite : la Croix Floquet, le Désert (Privés de liberté de culte, les protestants furent obligés de vivre clandestinement leur foi,cachés dans les endroits isolés souvents appelés "le désert".), val au Duc, mont Flories, fontaine de l'Arget, les côtes Lamy, la Livraye, les Londes, le Magnifique, la campagne des Malvendrines, le Mont Saint Bernard, ruisseau Morand, ruisseau de la vallée Verrier, le Mont Caillaux, le Mont Joly, le bois des Pasbée, le bois de la Motte, le Pain de sucre, bois du Vigneron.

Noms d'herbages : coutures de l'Auney (coutures : ensemble de trois soles, parcelle soumise à la rotation des cultures), herbage des Lautiers, la Noë (pré fauché chaque année et irrigué au printemps), herbage du trèfle, cour du haut Burderais, le grand herbage.

Lieux dits de la Cressonnière : la briqueterie, le Buisson, le Châlet, les Déserts, les Marettes (marette : petite mare), la Pigeonnière, les Vallées, les Rocs, la Bruyère des Rocs, la source, ruisseau des Terres Noires.
Lieux-dits Habitants
La cour marette 1 foyers en 1946
La croix floquet 10 foyers en 1946
La digue 3 foyers en 1946
La pigeonnière 1 foyer en 1946
La source 1 foyer en 1946
Launay 2 foyers en 1946
Le Buisson 5 foyers en 1946
Le Coudray 11 foyers en 1946
Le désert 5 foyers en 1946
Le Magnifique 1 foyer en 1946
La Mannetoc 6 foyers en 1946
Le Mont joly 1 foyer en 1946
Les déserts 2 foyers en 1946
Les rocs 6 foyers en 1946
Les vallées 1 foyer en 1946
Mont Saint Bernard 7 foyers en 1946
Saint Maur 16 foyers en 1946
Le vieux châteaux 1 foyer en 1946

Retour à la page Présentation de Saint Martin de Bienfaite