VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie





LE PATOIS OU L'PRÊCHI T'CHEU NOUS


Langage coloré, souvent malicieux, encore vivace dans les campagnes, le patois est de moins en moins parlé en ville et par les jeunes générations chez qui il est mal perçu. Il fait “paysan”. L'uniformisation culturelle induisant un recul identitaire correspondant n'épargne pas la Normandie.
La difficulté est de représenter par l’écriture l’accent et la prononciation patoisante. C'est le patois version Pays-d'Auge qui est reproduit ici. Voici quelques petits exemples.

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

LE PATOIS

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
Jeudi 27 Février 2003
23h30

L'ogre de Bienfaite
L’ouragan d’Diécemb’ dé d’vaunt a fait tel’ment d’raffût qu’i’l’avei r’veillé l’ogre qui dormait muchi daun eun trou, âo mitaun des boués d’Bienfaite.
Après pus d’chent ans d’sommeil l’ogre avait la fole basse. I’ sé r’mets alô du goût d’la chaiîr fraîche. L’ogre mins ses soulyis d’sept luues après qui, lé v’là s'n' allaunt en châsse d’oune boune’pitance.
i' arrivit près d’eune ville ous’qu’i' crouèsit des qu’nâles qui s’goinfraient : "des burgers, de la pizza, des chicken-nuggets et du coca” dans eune “fast-food” comme i’s prêchent.
L’ogre en happit troués ou quate, les fourre dans sa pouque, et s’racachi’ tchu sa tanière pou les maquer.
L’ogre s’dit bein qu’ces bezots i’s avaient eune odeu d’étrain et un sale goûot. Bein dâme! nourris d’salopries comme y's étaient, ol était pas étonnant!.
C’est l’seir venu qu’l’ogre commenca d’êt bi malade d’aveir maquer c’te viande avariée. Padaunt quiqu'jous i' fut ent’la vie la mort et crut n’jamais reveir sa belle heure.
A c’t'heu, l’ogre d’Bienfaite est guérit. Mais i' est dev’nu ... végétarien !!!
YB Décembre 2000





LA référence : Magène site Manchois. Langue et chansons Normandes.

A voir absolument. Dictionnaire, livres, disques, concerts....




L’Pommeau
J’ons déjà dit c’que j’pensais des pédaugiers qui s’plaignent qu’no n’beit pus d’cide, qu’not’Calvados s’vend mal....Mais ont-y terjous bi soigné leux verger, l’pilage, la bouill’rie, fabriqué d’bons produits?
No les veit dans les réugnions d’famille, l’verre d’ouisqui à la main, c’té drôle d’beichon qu’les Ingliais nous font aveuc l’grain dont i’s n’savent pus qué faire d’pis qu’i’s z’ont remplacé leux ch’vas par des tracteux....
Alors là, mei pou m’foute des amis, j’sors d’ma pouquette cun’p’tiot’fiole d’vieux calva que j’beis tout seu et sans mett’d’iau d’sus, qu’ça flaire bon la pomme et l’terroir... et qu’c’est bein français.
Maint’nant, j’sis bein aise d’veir qu’nos agriculteux et cidriers les pus dégouginés s’sont mis à fabriquer du POMMEAU, p’têt’ copié sus l’pineau, mais pour mei co meilleux pisque fait aveuc du bon calva et du cide d’nos meilleurs crus.... et creis qu’c’est fameux !
J’escompte bein qu’ça va aveir grand succès et qu’en Normandie, dans nos réugnions, ne n’verra pas d’couillons, de snobs, en train d’beire de c’té foutu ouisqui.
Et vive l’pommeau du Pays d’Auge !.




Consulter le Fonds Local en patois Normand de la bibliothèque électronique de Lisieux.




A la télé
Anieut, no prêche bitôt que “d’sondages”, Yen a sus tout ! Même biaucoup sus la télé pour savei des troués chaînes, c’té-la qu’a plus d’écouteux, c’qui leux ravient l’pus, les heures d’grand’écoutes, sus l’chouéx des programmes, c’qui voudraient coveie... enfin tout’ eun’ fiée de d’mand’ d’rétorqui qui n’servent à rein !
L’aut’jou, i’s d’mandaient es hommes : "Il est 20h30, qui qu’vous allez ouirez à c’t’heu ? Et biaucoup auraient ritorqué : ma femme."
Eh oui, c’est au momeint qu’no choisit l’film à r’gâder en sieurante et ya troués chances sus quatre qu’la bourgeoise est en train d’viper, car o veut veir autr’chose que s’n homme, qui n’a que l’dreit de s’taire et d’suivre sein gouvern’ment.
C’est comm’au moment des nouvelles, nos aguette la bonn’femme de présenteuse qui s’enroutte : bonjour......et c’est tout c’que vous entendez car aussitôt vot’moquié et la belle-mère s’mett’ à tout critiquer :
- Alos, r’gâde comme o’l’ est attifée...Quel drôle de caraco...O n’deit pas aveir caôt, comment qu’ol est perruquée, qu’ça n’ersemb’ à rien, o dégotte, o n’embellit point, o fait vieux, et sein espèce de broche qu’c’est-y moche...pour l’ergent qu’ça nous coûte...et patati...et patata... .Pauvre présenteuse!!!!
Enfin tout y passe...et quant’nos deux bacouetteuses n’ont pus rein à critiquer et qu’é s’ferment l’clapet, la bonne femme d’la télé a fini...Bonsoir et à demain... et vous n’avez rein oui des nouvelles d’anuit.
Mait’ Jules




Consulter la page Le patois d'Honfleur du site de la célèbre pharmacie du Passocéan d'Honfleur.
Voir l'adresse du site Passocéan dans la page Liens.





L'mangeux d'tripes
Dans l'pays d'Livarot, l's'anciens qu'étaient des sages
Tous grands trousseux d'jupons, r'chignant point à l'ouvrage,
Avaient bein un secret pou mourri en grand âge ;
J'vas p'têt' te l'dégoisi, t'en r'tiras d's avantages.
L'dimanch' en matinée, tous les gâs du village
S'ertrouvaient à l'âoberge, déjeunaient s'lon l'usage
D'eunn' bonn' assieutée d'tripes, d'un biau morciau d'fromage
Et d'eunn' moq' ed gros beir, y s'lavaient l'œsophage ;
Pis jouaient es dominos en parlant d'leux herbages,
D'leux vaqu' et d'leux torets ou d'histouer' ed corsage.
C'était tout leux secrets, j'peux bein t'l'acertainer ;
T'en rest' la goul'baillie et tout ratoupiné !
Et si tu n'veux point m'creir' enfile tes pus bell' nippes
Et vis-t'en aveuc mei t'régaler d'nos bonn' tripes.
C.Lambert

Méfi' té, méfi' té aco, méfi' té terjou, méfi' té d'tan pé, méfi' té d'ta mé, méfi' té tan fré, méfi' té d'ta sœu, et soutoun méfi' té d'té !
Retour à la page d'accueil