VIVRE A

SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie




S’enfonçant comme un coin au cœur de la Normandie, le Pays d’Auge est sans doute la région naturelle de France la plus homogène.
C'est un ensemble géographique cohérent. On y retrouve partout des caractéristiques identiques de sol, de climat, de productions, d’habitat, de mœurs même.
Bordé au nord par la mer sur une longueur de 50Km, de l’estuaire de la seine à l’embouchure de l’Orne, le Pays d’Auge est limité à l’ouest par les plaines de Caen, de Falaise, d’Argentant. Il se heurte au sud aux collines du Perche et, à son extrémité, ne mesure pas plus de 10Km. A l’est ses limites se confondent assez sensiblement avec celles du département de l’Eure. Sa superficie est de 2.571 Km2 et sa population avoisine 160 000 habitants. S’étendant sur trois départements, il comprend 255 communes du Calvados, 56 communes de l’Orne, 19 communes de l’Eure. Sa délimitation actuelle a été établie en 1926 par le syndicat de la marque d’origine “Pays d’Auge”. (Voir Cidres du Pays d'Auge).

BIENFAITE, PRESENTATION

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici

Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
Vendredi 13 Juillet 2001
23h30

Géographie et historique du Pays d'Auge.
La carte ci-dessus a été établie vers 1730 par Jean Baptiste Bourguignon d’Anville, géographe de Louis XV sur des bases remontant au début du XI° siècle. Il informe que, pour ce faire, il s’est inspiré de vieux documents qui lui permirent d’illustrer en latin d’époque, le contexte du Pays des Lexoviens, tel qu’il fut.
Quatre des régions de cette carte se tiennent approximativement dans les limites du diocèse de Lisieux. De ce fait, il est permis de croire que très tôt, l’influence des évêques fut à l’origine des ces répartitions.
L’implantation de diocèses de Lisieux est imputée à Lithare premier titulaire vers l’an 314. On peut penser que l’on parlait déjà du “Pagus Algiae”. Le “Pagus Algiae” sur cette carte est visiblement à l’origine de notre Pays d’Auge.
Pagus. Devenu pays. C’est le territoire des anciennes tribus gauloises auxquelles succédèrent des cités gallo-romaines. L’évangélisation survenant, les évêchés adoptèrent souvent des limites identiques.
Algiae. Ce terme d’origine germanique dérivé de “AU” ou “AW” signifierait “pâturage baigné par un cours d’eau” ou “marais”. En 1080, eau s’écrivait “Ewe” en vieux français. On le retrouve en Alsace dans des noms de lieu comme Hagueneau qui s’écrivait “Hagen Owa” en 1176.
Avec le temps Algiae s’est transformé en Auge. La désignation saltus algiae (forêt humide) apparaît vers 850.
Pagus Oximensis c'est le pays d'Exmes; Uticus pagus est devenu le Pays d'Ouche. Pagus Lisvinus est à l'origine du Lieuvin. Fontinella sur la rive droite de la Seine est l'ancien nom du couvent Saint Wandrille détruit par les Normands en 850, reconstruit en 1035 et rebaptisé alors du nom de son fondateur Saint Wandrille qui le créa en 648. On remarque la voie romaine (via strata) Lisieux-La Lyre-Condé-sur-Iton qui passait par Saint-Martin-de-Bienfaite et Orbec (Orbecum).

Historique. Le découpage précisé ci-dessus est une survivance multiséculaire de l’Ancien Régime. C’est également une entité dont l’origine réelle se perd dans la nuit des temps et dont la consistance territoriale dépend particulièrement de sa géologie, de l’hydrographie, et des modes de cultures.
Pour faire simple ce territoire se compose des champs versants des fleuves côtiers Dives et Touques affluents inclus. Ces deux rivières augeronnes descendent du Perche et s’écoulent vers le nord sur près de 100Km.
Deux circonscriptions, l’une religieuse, l’autre féodale et administrative, ont porté le nom d’Auge.
Une partie seulement de leur territoire respectif coïncidait. L’ancien diocèse de Lisieux, aujourd’hui partagé entre Bayeux, Evreux et Sées, comprenait quatre archidiaconés : Lieuvin, Pont-Audemer, Gacé et Auge; ce dernier comptait trois doyennés : Beaumont au nord avec 39 paroisses, Beuvron au centre avec 35 paroisses et Mesnil-Mauger au sud qui comprenait 51 paroisses.
Quant à la vicomté d’Auge, ce fut à la fois un fief et une circonscription administrative et judiciaire. A plusieurs reprises le fief servit d’apanage attribué à des branches cadettes de la maison royale quand la Normandie revint à la couronne. La maison d’Orléans avec en particulier le Régent et Philippe-Egalité fournit les derniers vicomtes d’Auge.

Actualité.
Juillet 2001: Des projets actuels (Loi d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT) du 25 Juin 1999 dite loi Voynet des "Pays".) sont en cours. La politique politicienne pointe son nez. Un nouveau "Pays d'Auge administratif" issu de concoctages énarquiens serait réduit à sa partie calvadosienne.
Le découpage administratif actuel de la Normandie en deux régions montre son inefficacité. Le "Pays" peut être une réponse s'il se construit sur des réalités sociologiques et non sur des intérêts ou des oppositions politiciennes. Le "Pays d'Auge" est une de ces réalités. Alors pourquoi le restreindre à sa partie département du Calvados?

Les petits fouteux de Bienfaite (Calvados, région "Basse" Normandie) vont taper le ballon au club de St-Germain-la-Campagne (Eure, région "Haute" Normandie). Les petits judokas de St-Aubin-de-Bonneval (Orne) vont tirer au dojo d'Orbec (Calvados). C'est cela la réalité quotidienne du Pays d'Auge en Normandie.

Parions qu’au delà de ces péripéties, le Pays d’Auge restera une entité authentique et vivante. Un pays c'est aussi une affaire de cœur.

Retour à Présentation de Saint-Martin-de-Bienfaite