VIVRE A
SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE - LA CRESSONNIERE

Un village en Normandie

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

CAMEMBERT LANQUETOT

Le patois

Liens

La politique

Histoire

Les gens d'ici


Page d'accueil

 


20 - LA LONGUE BATAILLE POUR L'AOP

LE VÉRITABLE CAMEMBERT DE NORMANDIE

http://www.bvoltaire.fr/sauvons-camembert-francais/
Nicolas Gauthier
Sauvons le camembert français !
Une hyper-classe mondialisée se réservera le plaisir de déguster tandis qu’une masse indifférenciée se contentera de s’alimenter.

Et c’est ainsi que notre cher pays donné pour ingouvernable – à cause de ses centaines de fromages, peut-être – n’en finit plus de céder à la tentation d’un monde pasteurisé
Comment ? Tout simplement en permettant aux aigrefins de l’agriculture industrielle et de la grande distribution de produire un machin censé arborer le beau nom de camembert alors qu’il n’aura pas été fabriqué avec du lait cru. Explications : « Chauffé à des températures élevées, le lait devient une matière inerte et “infromageable” en tant que telle sans le recours à la technologie car on détruit des flores aromatiques et des ferments indigènes. Ce n’est plus du camembert. » Il y a donc péril dans le garde-manger.

Effectivement, puisque jour après jour, la société française s’aligne sur les normes hygiénistes américaines, que ce soit en matière de rapports entre les sexes, de perversion du langage – les délires de l’écriture inclusive, des transgenres et des racisés nous viennent d’outre-Atlantique – et, désormais, en celle consistant à dignement garnir nos assiettes. Pis : non contents d’adopter ces mœurs aseptisées avec généralisation de la malbouffe et invasion d’obèses à l’appui, de nous plier à des directives européennes ayant fermenté dans les cervelles à pâte molle de la technocratie, voilà encore que nous nous acharnons à persécuter les derniers Français pour lesquels les arts de la table demeurent art à part entière.

En attendant, et tant que cela nous est encore permis, vous reprendrez bien un peu de fromage pour accompagner ce bon vin ?


18 MAI 2018

Extraits de :reinformation.tv 16 mai 2018 16 h 43 min
https://reinformation.tv/margarine-camembert-aop-oms-omc-normes-mondiales-mille-84365-2/

Marie Harel, reviens, le camembert et l’AOP sont devenus fous.

Marie Harel et ceux qui l’imitèrent fabriquaient leur camembert avec du lait cru en le moulant à la louche.
C’est ainsi que les ferments agissent le mieux.


Sagement, l’INAO (l’institut national des appellations d’origine) décida, que, si un fromage entendait se vendre sous le nom de camembert et bénéficier de l’AOP, il devait être fabriqué en Normandie, avec du lait cru, et moulé à la louche.

Cependant les gros industriels de l’agro-alimentaire, souhaitant agrandir le marché et augmenter leurs profits, commencèrent voilà quelques dizaines d’années à produire en masse une sorte de pâte molle de seconde catégorie, que l’on ne saurait définir proprement qu’en allemand : französicher Weichkäse, fromage français doux et mou.


On avouera que c’est loin de ce qu’évoque pour un odorat formé le camembert. La chose plaît aux palais étrangers et, se composant de lait pasteurisé, satisfait aux normes tatillonnes de l’OMC.

La grosse industrie laitière française a fait pression sur l’INAO pour qu’un camembert puisse s’appeler camembert et bénéficier de l’AOP même s’il est fabriqué à partir de lait pasteurisé. A priori, elle n’y a aucun intérêt. Elle vend déjà ses salades en grande quantité sous le nom de camembert, et la concurrence du camembert au lait cru, plus cher, réduit peu ses profits.
En outre, la cohabitation de deux recettes de production sous une même AOP donne, on l’a vu partout où elle a été expérimentée, de Pont l’Evêque à Munster, des résultats catastrophiques. Alors, quel est ce mystère ?



Pas de camembert pour Big Brother, la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) n’aime pas le lait cru
L’OMS a montré le beurre du doigt, l’OMS montre la margarine du doigt,[l’OMS part en guerre contre la margarine et les autres « acides gras trans industriels ».]


l’OMC, l’OMS et la FAO se méfient du lait cru, les gros industriels se conforment à leur norme, l’Etat suit.
Qu’ils soient médecins, chimistes, industriels tous agissent au nom du Bien du moment. Et procèdent à un gigantesque transfert.



L’alimentation n’est plus l’affaire de la liberté et du jugement de chacun, elle ne dépend plus d’us enracinés, éprouvés au fil des siècles, qui établissent un rapport d’identité entre une population, un terroir, une manière de faire et d’être.

Elle est décidée et imposée sous couleur de progrès par des organisations supranationales.

C’est le même mondialisme qui nous a couvert de margarine qui nous vole aujourd’hui le camembert.
Pauline Mille




16 MAI 2018

C’est le camembert de Normandie AOP au lait cru qu’on assassine.

Les grands médias nationaux ont relayé cette semaine un appel à réagir;

De grands chefs, des vignerons et des personnalités ont signé une pétition pour dénoncer l’accord entre les fabricants de camembert.
Dans ce texte paru ce mardi dans "Libération", ils disent redouter que ce fromage devienne « une vulgaire pâte molle sans goût ».

D’ici à 2021, il n’y aura plus qu’un seul et unique camembert de Normandie AOP (appellation d’origine protégée), qui pourra désormais être élaboré au lait pasteurisé.

L’emblématique fromage moulé à la louche pourrait bientôt être fabriqué avec du lait pasteurisé
Une victoire pour l’industrie agroalimentaire, un risque fatal pour les fermiers et les consommateurs.


Or, sous couvert de protéger une zone géographique «Normandie», le compromis rédigé au burin techno-mercantile consacre deux versions de camembert.
L’une respecte la tradition et le palais du consommateur ; l’autre, de piètre qualité gustative, a pour vertu essentielle d’être adaptée au modèle économique mortifère de la grande distribution, autant dire neuf camemberts sur dix (60 000 tonnes contre 5 400 tonnes). L’original sera englouti dans un océan de médiocrité.

A quoi sert l’INAO si un signe de qualité cautionne l’original et sa copie ?

La France, reconnue comme le pays du fromage, irait-elle à contre-courant ?
Le fromage au lait cru se développe partout, même aux Etats-Unis ! Si les géants industriels veulent bénéficier de l’image de l’appellation d’origine, qu’ils se mettent à faire de la qualité en fabriquant exclusivement au lait cru l’incomparable exception française.

Une plainte a été déposée contre cet accord et un appel est lancé au Président de la République, Emmanuel Macron, pour sauver le Camembert.


7 MAI 2018

Source : https://www.reussir.fr/lait/actualites/l-aop-camembert-de-normandie-elargie-va-nous-donner-des-moyens:CJ8E5SHT.html

Du point de vue du consommateur, Affligeant !
L'association qui se présente comme "L'organisme de défense et de gestion (ODG) de l'appellation d'origine contrôlée Camembert de Normandie" a présenté le cahier des charges le la nouvelle AOP version 2021. (Lire ci-dessous ce qu'il faut en penser).
Son Président, Patrick Mercier, a t-il conscience du désastre que représente cet "accord" ?

Ainsi, il confirme qu'à partir de 2021, les consommateurs auront le choix entre

  • Le camembert fabriqué n'importe où par n'importe qui.
  • Le Camembert de Normandie qui pourra prétendre à l'AOP, mais autorisant la pasteurisation.
  • Le véritable camembert de Normandie AOP lui aussi, mais au lait cru le seul vrai camembert.


  • Pour le consommateur non averti, la confusion entre les deux AOP, voulue par les industriels transformateurs, est inévitable.


    15 MARS 2018

    Source Francetvinfo.fr Publié le 13/03/2018

    Une entreprise bretonne invente le camembert râpé

    Il n'est cette fois-ci pas coulant, mais... râpé !


    A l'occasion du salon CFIA (Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire), qui se déroule du 13 au 15 mars à Rennes (Ille-et-Vilaine), une entreprise bretonne a sérieusement revisité le célèbre fromage normand à pâte molle en présentant son tout nouveau produit : du camembert râpé.

    L'invention est signée AB Technologies alimentaires, une entreprise installée à Sulniac, dans le Morbihan.

    Le camembert râpé a une texture similaire à celle du gruyère râpé 
    Un résultat obtenu après six mois de recherche.

    "On transforme le camembert en pâte que l’on durcit ensuite afin de réussir à la râper tout en gardant son goût", explique Françoise Chauvel, responsable commerciale de la société.
    "Ça permet de préparer des plats avec cette nouvelle saveur et de l’utiliser de façon plus pratique", complète-t-elle.

    Pour l’instant, ce camembert râpé est destiné aux professionnels mais la société reste ouverte à une commercialisation à grande échelle à destination des particuliers.


    4 MARS 2018

    Source Extraits de : Publié le 03/03/2018 à 15:59 | Le Point.fr


    Camembert, saint-nectaire... Les AOP au secours du secteur laitier.
    Ces fromages liés à leur terroir aident grandement les producteurs à résister à la crise laitière et cherchent maintenant à monter en gamme.

    Certaines appellations ont récemment musclé leur cahier des charges pour augmenter leurs critères de qualité, et espérer mieux se vendre.
    Le bleu d'Auvergne vient de réduire de moitié sa surface de production, ne maintenant que les zones de montagne où l'herbe a des qualités supérieures.
    D'autres appellations ont fait le contraire. Le camembert vient de régler un différend ancestral, opposant le camembert étiqueté « de Normandie » à celui « fabriqué en Normandie ».
    Derrière se cache une vieille bataille entre le camembert AOP au lait cru moulé à la louche, et un camembert produit industriellement et sans aucune contrainte.

    Pour régler le conflit, les instances de régulation de l'AOP ont accepté que le camembert industriel puisse obtenir le précieux label AOP, à condition qu'il soit fabriqué en Normandie et qu'il accepte des contraintes.
    Notamment un nombre de vaches normandes minimal pour le lait, et une obligation de pâture en extérieur.
    Mais le lait cru ne fait plus partie des obligations.

    Au grand dam de Véronique Richez-Lerouge, auteur du livre Main basse sur les fromages AOP pour qui le camembert « s'enfonce inexorablement dans la médiocrité ».

    Neuf camemberts AOP sur 10 vont donc être pasteurisés et industriels, fabriqués à la chaîne comme de vulgaires produits.


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


    Source publié le 23/02/2018. Extraits de : https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/la-mort-programmee-du-veritable-camembert-de-normandie_1987373.html

    A partir de 2020, ces deux qualités de fromages, l'une industriel, l'autre artisanale pourront cohabiter au sein de la même Appellation.
    Contactée par L'Express, Véronique Richez-Lerouge, journaliste et présidente de l'Association Fromages de Terroirs y voit à terme un danger mortel pour ce fromage emblématique de l'art de vivre à la française.

    Comment réagissez-vous à cette décision d'élargir l'Appellation d'Origine Protégée aux camemberts industriels au lait pasteurisé?

    Véronique Richez-Lerouge: Contrairement à ce qui semble ressortir des éléments de langage communiqués ce jour par les protagonistes de la filière qui ont écrit ce nouveau cahier des charges, c'est bien un assouplissement de l'AOP qui va s'opérer, je dirais même un renoncement aux valeurs de l'appellation.

    Ce dont rêvait Lactalis en 2006, lui est offert sur un plateau d'argent: la possibilité de fabriquer un camembert industriel au lait pasteurisé dans le cadre de l'appellation.

    À l'époque, rappelons que le prétexte avancé était le danger de faire un fromage à pâte molle au lait cru en grand volume. Il semblerait donc que cet argument ait eu gain de cause, on fera donc du camembert AOP pasteurisé de Normandie en grand volume au prétexte que faire du lait cru, "c'est compliqué, c'est coûteux et que les éleveurs n'y arrivent pas... Les normes sont trop strictes et même, les salmonelles résistent à la stérilisation alors imaginez en lait cru..."

    La réalité, c'est qu'on a donné les clés de l'AOP à Lactalis!

    L'expérience a montré que toutes les AOP nationales qui ont autorisé la pasteurisation ont décliné en terme de qualité et se sont fortement standardisées à commencer par les AOP normandes, Livarot, Neufchâtel, Pont-l'Evêque.
    Pas de contre-exemple, nulle part en France.
    Et une fois que la pasteurisation est installée, on ne fait jamais machine arrière.
    C'est la politique du volume qui prédomine, avec toujours la même spirale: abaissement de la qualité, standardisation du goût, tension dans la filière laitières, disparition progressive des fermiers.

    C'est donc à moyen terme la disparition du camembert au lait cru moulé à la louche AOP tel qu'on l'a connu, et un nivellement par le bas.
    Ce résultat est aux antipodes de la ligne qualitative haut de gamme que tente d'insuffler l'INAO depuis quelques années en faisant du lait cru la signature de cette exception française.
    C'est un aveu d'échec... et c'est un recul notoire qui va entraîner sans doute d'autres appellations dans cette spirale.

    NDLR : Déja au profit des industriels subsistait la confusion trompeuse "moulé à la louche" alors qu'il s'agissait de moulage par un robot. Le véritable camenbert est moulé à la louche A LA MAIN.
    L'abandon du lait cru est le dernier coup de poignard dans le dos de la production camembert AOP.



    22 FEVRIER 2018

    Source : jeudi 22 février 2018 à 10:24 Régine Godard, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

    Le "VÉRITABLE" camembert ?

    Un accord a enfin été trouvé entre les producteurs de Camembert de Normandie AOP au lait cru et les industriels qui fabriquent du camembert au lait pasteurisé.
    Aujourd'hui, on s'y perd un peu au rayon fromage entre les différents camemberts. Demain, c'est à dire dans environ deux ans, le temps de la "conversion", le camembert au lait cru moulé à la louche retrouvera l'appellation "véritable" qui avait été abandonnée en 1983. Un terme essentiel pour les petits producteurs car il défend les valeurs auxquelles ils sont attachés : du lait exclusivement issu de vaches de race normande, nourries principalement à l'herbe et sans OGM.

    Une zone de production AOP étendue.
    Plus question pour les industriels de faire venir du lait d'ailleurs pour "fabriquer" du camembert dans une usine située en Normandie.
    En contrepartie, la zone de production AOP devrait être étendue de manière à pouvoir fournir suffisamment de lait aux industriels, ce qui à terme pourra permettre à des producteurs de lait voisins de mieux vivre de leur métier.


     

     

     

     

     

     

     

     


    14 NOVEMBRE 2017

    Source : leparisien.fr
    Economie|Bérangère Lepetit| 14 novembre 2017, 13h32

    Étiquetage de fromages : les camemberts normands contre-attaquent.

    A la veille d'une réunion de l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité), prévue le 22 novembre en Normandie en présence des producteurs, des industriels et de l'Etat, pour tenter de trouver une issue au conflit ouvert depuis quinze ans sur le sujet.

    Entre le camembert étiqueté « camembert de Normandie » et le camembert « fabriqué en Normandie » , où est la différence ?
    Le premier est fabriqué dans les règles de l'art de l'appellation d'origine protégée (AOP) avec du lait cru normand. Le second est réalisé de façon industrielle avec du lait pasteurisé qui peut venir du monde entier.

    Seulement voilà : le consommateur, lui, n'y voit souvent que du feu.

    L'association Fromages de terroirs, qui regroupe des consommateurs gastronomes, vient d'interpeller la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour lui demander de faire le ménage sur les étiquettes de ce fromage. Elle a été jusqu'à saisir un huissier pour réaliser un constat d'achats de camemberts.

    « La situation actuelle crée une confusion auprès du consommateur », s'indigne Véronique Richez-Lerouge, présidente de Fromages de terroirs, dans un courrier adressé à la Répression des fraudes le 10 novembre.
    Elle y dénonce une concurrence déloyale. Et pour cause : le fromage AOP coûte plus cher que son rival non AOP qui, en entretenant le flou sur ses étiquettes, tente de profiter de l'image « terroir » du label.

    Laxisme ?

    Le bras de fer oppose les petits producteurs de fromage AOP — moins de 5 % du marché — et les industriels, au premier rang desquels la multinationale Lactalis, propriétaire des marques Président, Lanquetot et Lepetit, qui détient aujourd'hui 95 % du camembert.
    Déjà en 2012, le clan des AOP avait assigné en justice Lactalis et Bongrain pour qu'ils retirent la mention jugée abusive.

    D'un point de vue judiciaire, et sur les étiquettes, rien n'est réglé...

    « La Répression des fraudes est incroyablement laxiste avec de grosses industries alors qu'elle cherche des noises aux petits », dénonce Patrick Mercier, producteur et président de l'Association de défense et de gestion du camembert de Normandie.

    Le groupe Lactalis, lui, défend l'idée de « faire cohabiter sur le marché deux produits de qualité différente », l'un pour le marché national, l'autre pour l'exportation.

    [Et hop ! Un petit chantage à l'emplois :]

    Jean-Michel Nallet, porte-parole de Lactalis, rappelle au passage « l'impact économique » de la filière qui représente « plus de 1 200 emplois en France ».

    [Et hop ! Une petite promesse .... qui n'engage à rien :]

    « Cette crise devrait trouver une issue début 2018 », assure-t-il.

    Contactée lundi, la DGCCRF n'a pas donné suite.



    FIN SEPTEMBRE 2017

    Derrière la pénurie, le beurre et l'argent du beurre.

    Une "pénurie" de beurre s’installe en France. Dans certaines enseignes, les rayons sont à moitié vides.
    Un paradoxe. Une baisse de la production sur fond de crise du lait associée à une demande planétaire en forte augmentation explique en partie cette situation. Un peu de spéculation aussi.

    Un scandale ! L'agriculture française est incapable de profiter de ce marché en expansion.

    « On a perdu 30 % de nos éleveurs depuis 2012. Une exploitation sur trois n'est pas reprise en France. On perd nos élevages familiaux de qualité qui fabriquent un lait d'exception. Toute une chaîne d'excellence française est en train de disparaître. »

    Comment en est-on arrivé là ? « On a du mal à comprendre vraiment ce qui se passe et qui est derrière tout ça. »
    Conflit sur les prix avec la grande distribution. Face à la flambée du cours mondial du beurre, les grandes surfaces ont refusé d'ajuster leurs prix.
    Conséquence : les fournisseurs ont cessé de livrer les grandes surfaces, les laiteries vendent au plus offrant : à l'étranger.
    Les laiteries, contactées, n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

    L'affichette ci-dessus. Excuse bidon, cachant la vérité, occultant les responsabilités de la grande distribution dans la crise du lait en France.
    Contrairement aux éleveurs, les grandes entreprises du secteur – Lactalis, Danone, Sodiaal, Bongrain, fromagerie Bel – tirent parfaitement leur épingle du jeu.
    "La mort est dans le pré" : En 2016, selon la MSA, 732 agriculteurs se sont suicidés. (https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/sur-fond-de-suicides-des-agriculteurs-manifestent-a-agen-202-125159.html)

    AOUT 2017

    Après des débuts timides, le véganisme s'invite peu à peu dans les assiettes des Français.
    Le fromage n'échappe pas à cette tendance. Sa version végane, sans lait d'origine animale, le "VROMAGE".

    L’irruption du terme « vromage » (avec un v pour végétal) dans notre horizon lexical fait naître un cauchemar culinaire.

    « Reprendrez-vous un bout de vromage ? » On a d’abord songé à un léger problème d’élocution de notre hôte, induit par un abus de pétillant de sureau ou de liqueur de carottes.
    Surtout ne pas répondre « Vrolontiers ! » pour ne pas le blesser dans ses convictions.

    Qu’est-ce qu’un « vromage » ? Une bonne raison de se moquer des végétariens ? Pas seulement. C’est un frometon de faussaire.
    Ce « fromage végétal », garanti sans lait de vache ou de brebis, est fabriqué à base de lait de soja, d’amande, de noix de macadamia…
    Les végétariens, végétaliens et autres végans – dont l’alimentation exclut tout produit d’origine animale, même le saucisson aux noisettes – raffolent de ces camemberts qui fleurissent au pis des tiges de sureau.
    Ils appellent parfois leur coulant un « fauxmage » (véridique !), pour donner envie.

    Les végans se nourrissent aussi de jeux de mots, ils sont vraiment vrigolos.

    Extrait le 28 août 2017 de : http://www.lavie.fr/ Pascal Paillardet publié le 10/07/2017

    JUILLET 2017



    Ce camembert AOP Cora a été acheté 2€50 en juillet 2017 au Cora de Limoges Beaubreuil.
    Comme mentionné sur l'étiquette collée au verso de la boîte, c'est une fabrication d'Orbec.
    Ce produit paraît être distribué également par Cora Belgique et Cora Luxembourg.
    Trois remarques :
    1/ Lactalis fabrique des camemberts AOP, donc au lait cru, alors que par ailleurs ce groupe affirme la dangerosité du lait cru.
    Non, les dirigeants de Lactalis ne souffrent pas de troubles psychiatriques. Mais ils conduisent une politique commerciale difficile à démêler.
    2/ Ce camembert est vendu sous une "marque de distributeur" Cora. Donc un produit milieu de gamme (Produits ayant un bon "rapport qualité-prix".) Ce qui dévalorise le label AOP.
    3/ Le plus fort ! L'adjonction d'un additif E509 ! Le chlorure de calcium E509 est listé au Codex alimentarius comme affermissant, stabilisant et épaississant [13a]. Il peut être, selon l'UE et le Codex, ajouté dans l'alimentation transformée à de nombreux aliments, et à n'importe quelle dose estimée raisonnablement nécessaire par le fabriquant.

    Marie Harel, reviens, ils sont devenus fou !

    Au fait, l'adjonction d'additifs est-elle compatible avec l'AOP ?

    JUIN 2017

    Pour tenir compte de la directive européenne, Lactalis a modifié l'étiquette du camembert Lanquetot.
    Enfin....pas tout à fait. Le libellé "fabriqué en Normandie" figure toujours en petit caractères en bordure avec la mention "au lait thermisé".
    Ça a dû cogiter dur à la Direction Lactalis pour arriver à cette solution en asymptote avec la règlementation !
    La vignette jaune 0,30€ d'une opération commerciale n'embellit pas cette étiquette. Du coup, le mot "camembert" est excentré sur la gauche, rompant la symétrie de l'étiquette.
    0,30€ de réduction sur votre prochain achat : un promo qui ne doit pas coûter bien cher à Lactalis.
    La Mention "Moulé à la louche" est ici mise en relief comme motivation principale de choix d'achat.
    La Direction commerciale abuse des vieilles ficelles du "marketing" "packaging" "sticker" et autres techniques de commercialisation (en bon français).

    JUIN 2017

    Une réalité du groupe Lactalis : La SOCIETE FROMAGERE D'ORBEC.

    La laiterie Pierre Lanquetot d'Orbec produit principalement le Camembert Lanquetot. Mais pas seulement : Brin de paille etc...
    L'établissement est le plus important employeur (entre 100 et 199 employés) de la petite ville d'Orbec 2.200 habitants. Sans compter les producteurs laitiers qui sont sous contrat avec Lactalis.

    L'affichette ci-contre montre le soin que s'efforce de maintenir le Groupe Besnier avec son environnement local.
    Cette Fête du Camembert remporte chaque année un succès d'affluence. C'est aussi un indicateur de l'attachement de la population à l'usine Lanquetot d'Orbec.

    MAI 2017

    l’Union Européenne a interdit, par un décret publié lundi 1er mai 2017, aux industriels d’utiliser l’étiquette « fabriqué en Normandie » pour leurs camemberts. Résultat, il ne reste plus que le « camembert de Normandie », d’appellation d’origine contrôlée (AOP).
    La Manche Libre

    Finies les astuces marketing créant la confusion entre le véritable "CAMEMBERT DE NORMANDIE" désormais réservé uniquement aux camemberts AOP.
    Finies les appellations de diversion pour duper la ménagère "Fabriqué en Normandie"; "Elaboré en Normandie"; "Goût traditionnel" etc..

    NDLR. La campagne électorale présidentielle 2017 s'est menée en grande partie sur le thème : rester dans l'Union européenne (La France en marche E. Macron, vainqueur) ou bien sortir de l'Union pour que la France retrouve sa souveraineté (Front National M. Le Pen).
    Il est affligeant de constater que notre Camembert Normand est sauvé grace à une mystérieuse Commission Européenne de Bruxelles !
    L'U.E. réalise ce que les responsables Français ont été incapables de faire alors que cela aurait dû être leur devoir !
    Qui décide en France ? Les lobbies de l'agro-alimentaires ou les politiciens corrompus ? D'après vous ?
    Pauvre France !

    AVRIL 2015

    Moulé à la louche ne veut pas dire Moulé à la main. Nuance !

    Copie du blog de Jacques Berthomeau
    L'auteur se moque du verbiage d'une publicité Lanquetot parue dans une revue :
    « Pouet pouet Camembert Lanquetot ! » dis-nous donc qui tient la queue de ta louche ?
    Pour nous persuader de l’authenticité de cette vieille marque tombée dans l’escarcelle du « Président » Besnier en 1990 lors du rachat musclé de Bridel ils en remettent une louche :
    « Le Camembert Lanquetot est lentement Moulé à la Louche parce que cette technique, inspirée d’un savoir-faire séculaire, qui lui offre sa croûte délicatement tourmentée, son moelleux parfait, son goût franc et généreux et son arôme subtilement boisé. »

    Inspiré, inspiré, ils ne peuvent pas mieux dire les petits faiseurs de texte de chez Lactalis car le bras de la fameuse louche séculaire est celui d’un brave robot modèle de lenteur et de régularité.

    http://www.berthomeau.com/2015/04/pouet-pouet-camembert-lanquetot-dis-nous-donc-qui-tient-la-queue-de-ta-louche.html

     

     

     

     

     

     

     

     

    SEPTEMBRE 2013.

    Camembert "au lait cru" acheté chez Dia Orbec le 17 septembre 2013, fabriqué par la Société fromagère d'Orbec (Lactalis).
    Même commentaire que celui de mai 2011, mais cette fois Lactalis prétend à l'AOP.
    La politique commerciale de Lactalis reste toujours aussi indéchiffrable pour le consommateur.

    face="Verdana" size="2">- Selon le Décret n° 2008-984 du 18 septembre 2008 relatif à l’appellation d’origine contrôlée « Camembert de Normandie »
    - NOR: AGRP0814932D Version consolidée au 31 janvier 2009

    - Le caillé est prélevé dans la bassine :
    - soit dans le cadre de dispositifs automatisés, à l’aide de têtes de moulage articulées
    - soit manuellement, à l’aide de cuillerons hémisphériques montés au bout d’un manche.
    - A compter du 1er janvier 2009, les têtes de moulage ou les cuillerons sont exempts de tout élément susceptible de fractionner le caillé prélevé dans la bassine.

    Espérons que Lactalis respecte strictement le cahier des charges AOP.

    MAI 2011
    A droite, camembert acheté chez ED Orbec début avril 2011.

    Il y a quatre ans le groupe Lactalis abandonnait les fabrications au lait cru au prétexte de sa dangerosité sanitaire. Lire ci-dessous.
    Coucou ! miracle ! En 2011, la laiterie Lactalis d'Orbec fabrique des camemberts au lait cru pour le compte de la grande distribution, ici ED.

    Les motivations et méandres de la politique commerciale de Lactalis sont insondables ! Est-ce l'amorce d'un changement ?

    Il reste que l'abandon du camembert AOC par Lactalis est une regrettable erreur.

    FÉVRIER 2009

    Lire la copie du décret de l'AOP paru au Journal officiel de la République française du 21 septembre 2008.

    Il faut lire particulièrement les paragraphes : Description de la méthode d'obtention et les Eléments justifiant le lien au terroir.
    Véritables odes à la protection de la nature !

    JANVIER 2009.

    La victoire des consommateurs.

    Isigny et Lactalis décident de revenir dans le cadre de l'AOC « Camembert de Normandie ».
    Après deux ans de polémique et 30 % de part de marché perdu pour Lactalis au profit des producteurs de l'AOC, ils ont finalement cédé sous la pression des consommateurs et des distributeurs.
    Le groupe de Laval réfléchit actuellement pour ses marques Lanquetot et Lepetit. « Nous prendrons la décision d'ici au printemps », affirme Luc Morelon, porte-parole du groupe.
    En tout cas, la bataille du lait cru se sera soldée par la fermeture de l'activité de production du site historique de Lepetit à Saint-Maclou, dans l'Eure.
    Extrait de Ouest-France du 23 janvier 2009.

    OCTOBRE 2008.

    Lamentable : Lactalis s'enlise dans la délation !
    Le 11 octobre dernier, le groupe s'est procuré des camemberts du Domaine de Saint-Loup, filiale de la fromagerie Graindorge, pour les analyser dans son propre laboratoire.
    Affirmant y avoir décelé des germes pathogènes Escherichia coli Lactalis a signalé gentiment ce fait à la Direction générale de l'alimentation (DGAL).
    Outre la méthode digne d'un autre âge, la contre-expertise par un laboratoire agréé s'est révélée négative.
    .... Quoiqu'il en soit, l'opération délation a encore raté, agravant un peu plus le discrédit dont souffre Lactalis.
    Extrait de l'hebdomadaire Marianne du 25 au 31 octobre 2008.

    AOUT 2008.

    Le groupe Lactalis a échoué dans sa tentative de falsification de l'A.O.C CAMEMBERT DE NORMANDIE.
    Lactalis a ainsi saccagé l'héritage de la recherche constante de la qualité laissé par PIERRE LANQUETOT. Quel gâchis !

    <Plus de détails sur la page le camembert AOC.

    AVRIL 2007
    Préoccupation sanitaire ? Non : politique commerciale !
    A compter du premier avril 2007, le groupe Lactalis (camemberts Lepetit et Lanquetot) et la Coopérative Isigny Sainte-Mère décident "de sortir" de l'AOC Camembert de Normandie.


    2006. A gauche un extrait d'une publicité en quatrième de couverture du bulletin municipal d'Orbec pour le Lanquetot AOC, fabriqué à Orbec.

    LE BARATIN COMMERCIAL POUR EGARER LA CLIENTELE.

    Avril 2007.
    Un emballage trompeur !
    En gardant le même graphisme la même couleur afin de vendre des boîtes similaires avec la même marque tout en précisant " moulé à la louche " et " élaboré en pays d' Auge ".

    A droite l'étiquette Lanquetot sans l'AOC. Ont disparu : les mentions au lait cru, appellation d'origine ainsi que le logo Inao, la désignation camembert de Normandie réservée à l'AOC remplacée par "fabriqué en Normandie".
    La mention fabriqué dans le Pays d'Auge a été remplacée par "Elaboré en Pays d'Auge - depuis 1842" (depuis 1842 apparaît sur l'étiquette probablement pour faire croire à un produit "de tradtion").
    A été ajouté en tout petit caractères en bordure, la mention "au lait thermisé" (sans doute pour le différencier du camembert Président et ainsi justifier la différence de prix).

    <Simultanément, pour contrer une éventuelle désaffection de la clientèle après la perte de l'AOC, Lactalis organise des opérations de promotions commerciales. Témoin cette offre vue dans le catalogue Champion, offre valable du 4 au 15 avril 2007

    Question : depuis combien de temps Lactalis vendait des produits sous label AOC alors que n'était plus respecté le cahier des charges AOC ?


    Le prétexte de l'abandon du lait cru (condition impérative requise par l'AOC) serait le danger sanitaire encouru par les consommateurs.
    Pourtant, il y a seulement quelques semaines encore, la coopérative d'Isigny n'hésitait pas à commercialiser ce camembert au lait cru !

    Ces deux entreprises représentent à elles seules 90 % de la production du camembert AOC au lait cru et espèrent imposer leurs conditions au reste de la profession en obtenant la révision des règles de l'AOC.
    Les partisans du traditionnel avancent le fait que l'emploi de lait pasteurisé ne garantirait plus le lien au terroir (le lait pourrait provenir de l'autre bout du monde), ni la couleur et la texture du produit. En effet, les traitements du lait provoque une perte de la flore naturelle, et il y aurait un risque d'uniformisation si l'on compensait cette perte par un ajout de bactéries utiles.

    Vouloir baptiser AOC un camembert pasteurisé cela s'appelle : vouloir le beurre, l'argent du beurre et la crémière en prime !

    Lactalis et Isigny Sainte Mère déclarent renoncer à l'AOC au lait cru par craintes sanitaires . . . . mais continuent d'en fabriquer sous d'autres marques !
    Deux exemples :

    Chez Lactalis, seule "une partie de la production" va sortir de l'AOC, a indiqué à l'AFP Luc Morelon, responsable de la communication de l'entreprise, sans préciser quels produits seraient concernés par la décision.
    Voici une partie de la réponse : à gauche ce camembert AOC "Le racé" au lait cru, acheté chez Intermarché de Bernières-sur-mer le 12 avril 2007 est fabriqué à Orbec.

    A droite ce camembert AOC au lait cru acheté chez Coccinelle à Orbec le dimanche 22 avril 2007 est fabriqué à Isigny Sainte Mère.


    A gauche. Ce camembert, acheté au magasin Le Mutant d'Orbec en Avril 2003, a été fabriqué à la laiterie d'Orbec du groupe Lactalis (Besnier).

     

     

     

     

     

     

    Etiquettes suivantes

    Etiquettes précédentes

    Retour à Choix d'étiquettes