VIVRE A
SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE
LA CRESSONNIERE
Un village en Normandie

Histoire industrielle de la famille LANQUETOT (suite)

Implantation au
1937 - 1950

Bienfaite, présentation

Bienfaite en 1900 Photos

Camembert Lanquetot

Le patois

Liens

La politique

Histoire

LES GENS D'ICI


Page d'accueil

 

Dernière mise à jour le :
jeudi 2 août 2007
21h30

 



Page copiée d'après le bulletin L'historien régional édité par la Société d'histoire de la Haute-Yamaska (Québec)
volume 6, numéro 3, été 2006. http://www.shhy.org

La fromagerie Lanquetot et fils

À l’automne 2005, Jacques Lanquetot, accompagné de son épouse, débarquait à Montréal, en provenance de Normandie, à la recherche d’informations sur la présence de son grand-père à West Shefford. Sa quête devait bientôt le conduire à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska et enclencher un processus de recherche faisant appel, bien sûr, aux informations qu’il avait lui-même fournies, mais aussi aux journaux et aux contrats notariés. C’est à partir de ces sources que nous avons pu reconstituer cet épisode de notre histoire régionale

La présence dans notre région de Maurice Lanquetot, un producteur normand de fromage camembert, est signalée pour la première fois en 1937 par le Journal de Waterloo qui annonce, en gros titre, l’ouverture d’une importante industrie de transformation laitière à West Shefford.

En fait, cette aventure française en région avait commencé à l’aube des années 1930, quand Lanquetot, désireux de pénétrer le marché américain, s’était mis à la recherche d’un site favorable à la réalisation de ses projets.
En 1937, les choses se précipitent lorsqu’il procède à l’acquisition de trois entreprises déjà établies, la Adamsville Cremery, la Crown Cremery, d’Iron Hill, et la Whitting Milk Company, de West Shefford. L’homme n’aura par la suite aucune peine à convaincre ses fils Pierre et Roger de le suivre dans cette aventure commerciale en sol étranger. Le 11 juin 1938, en pleine crise économique, les trois associés fondaient donc la compagnie Lanquetot et Fils, dont la valeur était estimée à 40 000 $.


La fromagerie Lanquetot au village de West Shefford (Bromont), vers 1939.
Émilien Sirard, M Fauteux, secrétaire, Rémi Painchaud, Joseph Pelletier et Ulric Noël.
(Photo Jean-jacques Boisvert SHHY)

Grâce aux démarches effectuées par le maire Luc Marchessault, l’entreprise s’installe à West Shefford et construit un nouvel immeuble sur le site de l’ancienne fromagerie de Zepheniah Lawrence pour ensuite démarrer la production de fromages fins. Désireux de retourner en Normandie au cours de l’hiver 1938-1939, Lanquetot confie avant de partir la direction des opérations à un dénommé Albert Malette, espérant être de retour dans les plus brefs délais. Malheureusement, le sort en décidera autrement.

En 1939, la France entre en guerre contre l’Allemagne nazie et un retour au Québec devient impossible pour Lanquetot. La priorité de ce dernier est alors de sauver ses entreprises de Normandie. Pour comble de malheur, l’armée allemande installe un quartier général dans sa résidence. En 1941, il tombe malade et décède trois ans plus tard.

La guerre terminée, Marie Jeanne Aline Aubry, la veuve de Maurice Lanquetot, accompagnée de son fils Pierre, effectue une nouvelle tentative d’ouvrir le marché du fromage fin en sol étasunien. Vers 1946, tous deux débarquent à New-York avec une cargaison de fromage camembert dans l’espoir de concrétiser les rêves de Maurice Lanquetot. Encore une fois, le destin s’y refuse. Les quelque mille livres de fromage français sont confisquées par les douaniers qui ont pour directive de ne pas laisser de produits européens envahir le marché américain.
Découragés, la mère et le fils retournent en France et confient le mandat à Albert Malette de liquider les actifs de la compagnie de West Shefford. C’est ainsi que l’homme de confiance de Maurice Lanquetot mettra fin aux activités de la famille en Amérique au mois de juillet 1950.

Richard Racine

- - - - - - - - - - - - - - - - -


photo coll. H.Lanquetot
Pierre et Roger Lanquetot au Québec en 1938.

Retour à Histoire industrielle des Lanquetot